Édition,
investigation
et débat d'idées

Dos de femme, dos de mulet à Madrid

La première édition du Salon du livre politique à Madrid s’est tenue à l’espace mythique du Matadero, les 7 et 8 avril derniers. Une initiative de la maison d’édition espagnole Ediciones del Oriente y del Mediterráneo, qui s’est associée avec deux autres éditeurs, Cisma et Oveja Boya afin de lancer le salon.

Pas moins de 61 petits éditeurs proposaient ainsi leurs publications au public présent en nombre ces deux jours.

Salon du livre politique Madrid

En toutes lettres y était puisqu’une de ses publications, A la mujer y a la mula, vara dura, las olvidadas del Marruecos profundo (Ediciones del Oriente y del Mediterráneo, 2017) la traduction espagnole de Dos de femme, dos de mulet, les oubliées du Maroc profond (En toutes lettres, 2015), était parmi les livres mis en avant. Son auteur, Hicham Houdaïfa, était invité, pour parler de son ouvrage, mais aussi pour participer à une table ronde dédiée à la thématique de la migration et la traite des êtres humains.

Pour les initiateurs de ce projet, Inmaculada Jiménez Morell et Fernando Garcia Burillo, l’idée d’un salon du livre indépendant s’imposait comme une évidence. « Les petites maisons d’édition doivent innover pour se faire une place et sortir leurs livres de l’indifférence », lance d’emblée Fernando Garcia.Salon du livre oui, mais pourquoi politique ? Réponse de Fernando Garcia : « Nous sommes certes une maison d’édition généraliste puisque nous publions en plus des essais, de la poésie et des romans, mais nous pensons que le livre politique est un élément important de transformation de la société. »

ETL