Édition,
investigation
et débat d'idées

Free Word

À l’occasion des 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, la Foire de Francfort a mis en avant la liberté d’expression et de publication, avec la campagne #OnTheSamePage.

Parmi les initiatives remarquées de rappel de ces valeurs, une maison d’édition turque basée en Belgique, qui se trouvait en face du stand officiel de la Turquie, distribuait aux professionnels du livre et aux visiteurs une liste des ouvrages interdits dans le pays et affichait sur son stand les portraits des auteurs, éditeurs et journalistes emprisonnés pour leurs positions politiques.

En parallèle, le réseau international des villes-refuges (ICORN) et l’Association internationale des éditeurs (IPA), sont revenus, dans un plaidoyer distribué à la Foire, sur l’état des lieux de la liberté d’expression et de publication en Turquie.

Ce document, intitulé Free Word et signé par l’éditeur et activiste des droits humains turc Ragip Zarakolu, fait un état des lieux des tabous du système autoritaire turc. Le document dresse la liste des ouvrages censurés dans le pays, celle des auteurs actuellement emprisonnés en Turquie, celle des écrivains turcs en exil et des journaux et maisons d’éditions fermés dans le pays. Il inventorie aussi les tabous de la société turque, allant du communisme et du socialisme au génocide arménien, en passant par les questions kurde, anatolienne, crétoise, assyrienne ou encore autour de la religion, de la guérilla, des tabous sexuels et des questions politiques, militaires et étatiques. Ce document rend hommage aux écrivains et des éditeurs qui ont perdu leur vie en prison ou qui ont été assassinés.

 

« In the beginning was the Word ». It is the base of humanity. The words. Free words. It is the base of creativity. To ban and to confiscate a book means to kill the word. We are blind, deaf and dumb without the words. But in the world we live, some words is accepted dangereous, prevented and censored. The books could even be burned with a ceremony. […] Once Heinrich Heine wrote « Where they have burned books, they will end in burning human beings. »

H. Dink, journaliste turc, cible des militaires, condamné à mort en janvier 2007 pour « propos diffamatoires envers la Turquie ».

 

Le plaidoyer revient aussi sur l’initiative de l’IPA, en tant qu’organisation mondiale d’éditeurs, qui prône la liberté de publication comme principe éthique de base de l’édition. Il dénonce, de fait, les autorités turques après la saisie de 2 0000 livres, faisant suite à de nombreuses intimidations et harcèlement de la part de la police turque à l’encontre de la maison d’édition belge, engagée pour la liberté de publication. Entre puissance des idées ultra-nationalistes, racistes, antisémites, antichrétiennes qui ne représentent pas, selon le document, un problème pour le système, les auteurs et éditeurs turcs sont sujets à une censure de la part de l’Etat.

Quant à l’ICORN, le réseau international offre, en partenariat avec la Fondation Sigtuna en Suède, un abri aux écrivains, journalistes et aux artistes menacés de persécution à cause de leurs productions.

 

Héloïse Russel-Holland